Fermer cette fenêtre...

Identifiant :

Mot de passe :

Soumettre

Réseau d'observation de mammifères marins
 
 
 

Les baleines à fanons

Contrairement aux odontocètes (baleines à dents), les mysticètes (du grec mystacos: moustache; du latin cetus: baleine) adultes ne possèdent pas de dents. Les embryons ont des dents abortives, c'est-à-dire qui ne se développeront pas. Bien qu'ils soient dépourvus de dents, les adultes possèdent des structures spéciales, d'origine dermique, appelées fanons. Ces fanons sont des plaques cornées qui pendent à leur mâchoire supérieure et qui sont disposées en deux rangs parallèles de chaque côté de la bouche. Ils s'effilochent vers l'intérieur de la bouche formant un tamis. Mondialement, il existe seulement onze espèces de baleines à fanons, soit les rorquals (six espèces), la baleine noire (celle de l'hémisphère nord et celle de l'hémisphère sud), la baleine boréale, la baleine pygmée et la baleine grise.
 
La taille des fanons, la structure de la cavité buccale et la physionomie de la tête déterminent deux types de collecte de nouriture, donc deux groupes de mysticètes. Il existe les écrémeurs et les engouffreurs. Les écrémeurs ont une alimentation qui s'effectue en surface ou près de la surface, dans les nuages d'animalcules dont ils se nourrissent. Ils filtrent l'eau de mer en continu. Les fanons sont généralement longs (de 2 à 4,5 mètres) et étroits, et la tête de ces animaux est grosse, soit le tiers de la longueur du corps. Le dessous de leur gorge est lisse. Quant aux engouffreurs, ils ouvrent brusquement leur bouche lorsqu'ils arrivent près d'un banc de petits poissons ou de crustacés. De cette façon, ils engouffrent d'un coup une grande quantité d'eau de mer et de nourriture, les plis de la gorge et du ventre se distendent pour former une immense poche. Par la suite, ils chassent l'eau à travers les fanons par la contraction de muscles situés sous les plis et ceux de la langue. Leur tête est plus petite et leurs fanons plus courts (1 mètre au maximum).
 
Les baleines à fanons, qui comptent parmi les plus gros animaux de la planète, se nourrissent principalement de petits organismes, comme le zooplancton (des crustacés comme le krill et les copépodes) et les petits poissons (capelan, hareng, lançon, etc.) Par définition, le plancton est l'ensemble des organismes vivants qui se laissent dériver au gré des courants: krill, copépodes, larves de poissons ou de crustacés, etc.
 
Une des caractéristiques qui distinguent les baleines à fanons des baleines à dents est le nombre d'évents. Les baleines à fanons en possèdent deux. De plus, elles sont généralement de plus grande taille. 
 
Du point de vue social, les baleines à fanons sont souvent solitaires et se regroupent seulement pendant la période de reproduction et dans les endroits où la nourriture est abondante.
 

Pour en savoir plus
Rorqual bleu (Baleine bleue) En voie de disparition
Le rorqual bleu est le plus gros être vivant qui habite sur la Terre. Le Saint-Laurent est l'un des rares endroits au monde où on peut l'observer près des côtes. Il mesure en moyenne 25 mètres de longueur et pèse entre 75 et 130 tonnes. Sa coloration varie entre gris bleu et gris ardoise avec des taches plus claires. Il s'agit du plus grand mangeur de krill.
Pour en savoir plus
Rorqual commun Préoccupant
Il s'agit du deuxième animal en importance en terme de taille qui habite la planète. Sa couleur varie entre le brun foncé et le gris foncé. Son ventre de même que le dessous de ses nageoires sont blancs. Il est plutôt opportuniste dans son alimentation, quoiqu'il est une préférence pour le krill. Dans l'estuaire du Saint-Laurent, où quelques dizaines d'individus reviennent chaque été, une importante industrie d'observation repose sur cette espèce.
Pour en savoir plus
Rorqual à bosse (Mégaptère ou jubarte) Non en péril
Ce rorqual porte son nom en l'honneur de la bosse sur laquelle est placée sa nageoire dorsale. Il est généralement gris ou noir avec le ventre blanc et de longues nageoires pectorales blanches avec des taches noires. Il est sans doute la baleine la plus spectaculaire. Il n'est pas rare de le voir bondir hors de l'eau à plusieurs reprises. Le répertoire vocal de cette espèce est reconnu. Il est possible de l'observer dans le golfe du Saint-Laurent et parfois quelques individus remontent l'estuaire.
Pour en savoir plus
Petit rorqual (Gibard) Non en péril
Il s'agit de la plus petite des espèces de mysticètes qui fréquentent les eaux du Saint-Laurent. La coloration du dos varie entre le gris foncé, le brun et le noir. On remarque la présence évidente d'une tache blanche sur chacune des nageoires pectorales. Lorsqu'ils s'alimentent, le petit rorqual est capable de prouesses impressionnantes. On le retrouve partout sur la planète.
Pour en savoir plus
Baleine noire de l'Atlantique Nord (Baleine des Basques) En voie de disparition
La baleine « franche » noire fut baptisée ainsi par les chasseurs parce qu'elle se comportait en « vraie et bonne » baleine à capturer. En effet, elle est tellement grasse qu'une fois morte, elle fotte à la surface. Elle se caractérise par des excroissances sur sa tête. On note l'absence de sillons ventraux. Il s'agit d'un écrémeur.

 

 
 
Retour au haut du document...
 

© Réseau d'observation de mammifères marins, 2017 Section administrative Mise à jour : 30 juin 2015

43, rue Alexandre, suite 100, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 2W2
Tél: (418) 867-8882  Téléc: (418) 867-8732  Courriel: info@romm.ca