Fermer cette fenêtre...

Identifiant :

Mot de passe :

Soumettre

Réseau d'observation de mammifères marins
 
 
 

Phoque du Groenland (Loup marin de glace)
Phoca groenlandica
Harp Seal

  • 1 / 9Cliquer pour agrandir

    Illustration de phoques du Groenland adultes et d'un jeune, appelé blanchon.

    2 / 9Cliquer pour agrandir

    Femelle allaitant son chiot.

    3 / 9Cliquer pour agrandir

    Femelle et son chiot.

    4 / 9Cliquer pour agrandir

    Le jeune chiot du phoque du Groenland se nomme «blanchon».

    5 / 9Cliquer pour agrandir

    Le dos du phoque du Groenland adulte est blanc argenté et porte une tache noire, en forme de fer à cheval.

    6 / 9Cliquer pour agrandir

    Contact nasal entre une femelle et son chiot.

    7 / 9Cliquer pour agrandir

    Femelle et son chiot.

    8 / 9Cliquer pour agrandir

    Chez le vieux mâle (à l'eau), la couleur de la tête devient plus foncée et la ligne bordant le cou devient plus régulière.

    9 / 9Cliquer pour agrandir

    Le phoque du Groenland est une espèce grégaire  se regroupant parfois en troupeaux très importants dans les aires de reproduction et de mue.

Non en péril
 
Statut :
Le phoque du Groenland est non en péril. Sa population est non seulement stable au pays, mais elle a progressé d'au moins 500 000 têtes entre les deux recensements menés par Pêches et Océans Canada en 2004 et 2009.
 
Longueur :
Le mâle et la femelle mesurent approximativement 1,7 m (5,6 pi).
 
Poids :
Les deux sexes pèsent environ 130 kg (286 lb). Il n'est pas aussi imposant que le phoque gris et à capuchon.
 
Plongée :
Les comportements de plongée du phoque du Groenland n'ont pas encore été étudiés en détail. Les plongées semblent généralement peu profondes et la profondeur maximale enregistrée sur quatre femelles lactantes était de 90 m.
 
Durée de la plongée :
Elle dure en moyenne 5 min., la durée maximale des plongées enregistrées est de 13 min.
 
Régime alimentaire :
Le régime alimentaire du phoque du Groenalnd varie selon la saison, l'endroit et même d'une année à l'autre. Il s'alimente d'une variété de poissons et de crustacés.
 
Maturité sexuelle :
Elle est atteinte vers l'âge de 4 et 6 ans chez la femelle et entre 4 et 8 ans chez le mâle.
 
Accouplement :
Dans le golfe du Saint-Laurent, l'accouplement a lieu de mars à avril, peu après le sevrage des chiots.
 
Gestation :
La naissance du chiot survient environ 11,5 mois après la fécondation à raison de 7 mois de gestation et de 3 à 4 mois environ d'implantation différée (période au cours de laquelle le développement embryonnaire est interrompu).
 
Mise bas :
Elle a lieu vers le début du mois de mars sur les glaces présentes au large des côtes de Terre-Neuve, du Labrador et autour des îles-de-la-Madeleine dans le golfe du Saint-Laurent. Le chiot a une masse de 10 kg (22 lb) à la naissance. Le sevrage s'effectue environ 12 jours après la naissance.
 
Population :
Le population du Canada altantique a été évaluée à 7,7 millions d'animaux selon un recensement mené par Pêches et Océans Canada en 2011.
 
Longévité :
En règle générale, les phoques du Groenland peuvent vivre plus de 35 ans.
 
Comportement :
  • Le phoque du Groenland se regroupe en larges troupeaux étendus sur les glaces lors de la mise bas et de la mue.
  • Il est très actif dans l'eau et migre parfois en groupes de grande taille.
 
Identification sur le terrain :
  • Le dos est blanc argenté et porte une tache noire en forme de fer à cheval chez l'adulte.
  • La tête est généralement noire. Cette coloration se termine da façon irrégulière derrière les ouvertures des oreilles et sous le menton. À l'eau, la couleur de la tête contraste avec les couleurs pâles du cou.
  • Chez certains individus femelles ne développent jamais entièrement la patron de fer à cheval sur le dos et peuvent demeurer tachetées.
  • Le jeune , appelé banchon, débute sa vie tout blanc, puis le dos devient parsemé de petites taches noires jusqu'à l'apparition du fer à cheval.
 
Le phoque du Groenland est le plus abondant et le plus connu des phoques fréquentant les eaux du nord-ouest de l'Atlantique. Il a gagné de la notoriété notamment à cause des débats liés à la chasse aux phoques. Le petit  du phoque du Groenland, le blanchon, est bien connu du grand public.
 
Chaque printemps, la banquise du golfe du Saint-Laurent se peuple d'une grande quantité de phoques du Groenland femelles qui y viennent habituellement pour donner naissance à un seul chiot. Le phoque du Groenland adulte est facile à différencier grâce à son patron de coloration. Le pelage est blanc argenté avec une large bande noire, plus ou moins en forme de fer à cheval, sur le dos. La tête est également noire. Avant d'adopter le pelage adulte (acquis entre 4 et 6 ans), ces animaux ont une coloration de « bedlamer ». Leur corps est alors parsemé de petites taches noires sur un fond gris argenté. Le patron de coloration adulte se développera graduellement année après année. Les adultes et les juvéniles s'échouent vers la fin mars et le début avril pour effectuer leur mue annuelle.
 
Par la suite, ils migrent vers le nord à proximité de l'Arctique où ils passent l'été. Les mâles et les femelles ont des tailles à peu près similaires (monomorphique). À l'automne, ils migrent vers le sud et environ le tiers de la population pénètre dans le golfe du Saint-Laurent. Beaucoup de phoques du Groenland remonteront alors le Saint-Laurent pour s'alimenter sur les bancs de capelans dans la région des Escoumins entre décembre et février, ainsi qu'après la période de reproduction. À l'occasion, de petits groupes pourront faire exception à la tendance générale et passer l'été dans cette région.
 
Ces animaux sont très grégaires autant à l'eau que sur les échoueries. Les groupes peuvent être composés de plusieurs centaines d'individus. En groupe, ces animaux adoptent un comportement très particulier. En effet, la majorité des individus nagent alors sur le dos où seul le museau sort de l'eau pour respirer. Il est difficile d'expliquer les raisons qui poussent à les phoques du Groenland à adopter un tel comportement, mais plusieurs hypothèses tentent de l'expliquer. L'une de celles-ci est que le phoque du Groenland a un très grand champ de vision vers l'arrière. Ainsi, en étant sur le dos, le nez pointant vers le ciel, l'animal peut voir tout ce qui se passe en dessous dans la colonne d'eau et ainsi repérer les proies ou prédateurs potentiels. Il faut toutefois mentionner que plusieurs autres explications ont été suggérées et que rien n'est encore prouvé hors de tout doute.
 
Loin d'être menacée, cette espèce compte plus de 6,8 millions d'individus dans les eaux de l'Atlantique Nord. Puisqu'elle est en si grand nombre, elle est souvent pointée du doigt en ce qui a trait à la problématique du faible taux de régénération de la population de morues de l'Atlantique.
 
 
Retour au haut du document...
 

© Réseau d'observation de mammifères marins, 2017 Section administrative Mise à jour : 30 juin 2015

43, rue Alexandre, suite 100, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 2W2
Tél: (418) 867-8882  Téléc: (418) 867-8732  Courriel: info@romm.ca