Fermer cette fenêtre...

Identifiant :

Mot de passe :

Soumettre

Réseau d'observation de mammifères marins
 
 
 

La tortue luth
Dermochelys coriacea
Leatherback turtle

  • 1 / 3Cliquer pour agrandir

    La torLa carapace de la tortue luth possède sept crêtes longitudinales.

    2 / 3Cliquer pour agrandir

    La tortue luth, tout comme les autres espèces de tortues marines, vient pondre ses oeufs sur la plage où il est née.

    3 / 3Cliquer pour agrandir

    La corps de la tortue luth est en forme de goutte se terminant par une pointe.

En voie de disparition
 
Statut :
En voie de disparition
 
Longueur :
Jusqu'à 2 mètres.
 
Poids :

500 kg en moyenne, peut aller jusqu'à une tonne.

 
Plongée :
Jusqu'à 1 kilomètre.
 
Durée de la plongée :
60 minutes.
 
Régime alimentaire :
Invertébrés pélagiques à corps mou, principalement des méduses (environ 10 kg quotidiennement).
 
Maturité sexuelle :
Le taux de croissance des tortues luths est malheureusement mal connu, de même que sa maturité.
 
Accouplement :
Possiblement lors de la migration des eaux tempérées aux eaux tropicales.
 
Longévité :
À ce jour inconnue.
 
Identification sur le terrain :
  • Tache rose sur le dessus de la tête (tache pinéale).
  • Sept crêtes longitudinales sur la carapace.
  • Carapace bleu marine ou noire, tachetée de blanc.
  • Carapace non cornée et sans écailles.
  • Plastron (ventre) presque tout blanc.
  • Corps en forme de goutte se terminant en pointe.
 
Ponte :
Sur les plages des tropiques, la femelle prend près de deux heures pour pondre environ 82 œufs, et ce, en moyenne six fois à tous les deux ou trois ans. Les œufs ont la grosseur d'une boule de billard avec une coquille molle.
 
Incubation :
60-65 jours
  • Température inférieure à 29,25°C produit des mâles.
  • Température supérieure à 29,75°C produit des femelles.
  • Température constante à 29,5°C produit les deux sexes.
 
Éclosion :
Les jeunes tortues percent leur coquille grâce à une petite excroissance au bout de leur bec. Groupées, elles se creusent un tunnel jusqu'à la surface et rejoignent la mer.
 
Une attention particulière doit maintenant être apportée à la tortue luth puisque son statut d'espèce en voie de disparition l'amène à faire maintenant partie de notre liste d'espèces à observer. Les données recueillies concernant la tortue luth permettront d'en savoir un peu plus sur sa biologie.
 
La tortue luth est le plus grand reptile qui a la plus grande aire de répartition mondiale (océans Atlantique, Pacifique et Indien). Cette tortue marine, qui n'a presque pas changé depuis plus de 100 millions d'années, possède une carapace bleu marine tachetée de blanc, non cornée et sans écailles, avec sept crêtes longitudinales. Les tortues luths naissent sur les plages des pays tropicaux et passent le reste de leur vie en mer. Seules les femelles retourneront sur ces plages pour la ponte. Leur voyage en mer les amène en eaux tempérées suivant l'abondance de nourriture (les méduses). Un grand nombre de tortues luths se retrouveront en eaux canadiennes entre juin et novembre puisque les méduses abondent. Leur régime alimentaire laisse croire que la tortue luth pourrait avoir une importance dans la conservation de certaines espèces de poissons. Les tortues assureraient un contrôle des populations de méduses ce qui diminuerait la compétition pour la nourriture (zooplancton) et la prédation entre méduses et larves de poissons.
 
Toutes les tortues luths ont une tache rose (tache pinéale) distinctive sur l'arrière de la tête. Cette tache représente leur «empreinte digitale», puisque aucune tache n'est identique. Le rôle exact de cette tache n'a cependant pas été clairement identifié. Pour les observateurs de tortues luths, ces taches servent à l'identification de chacune d'elle. Comme toutes les tortues marines, la tortue luth possède des glandes dans ses yeux sécrétant un mucus lui permettant de lubrifier ses yeux et surtout d'éliminer l'excédent de sel de son corps qu'elle accumule dans l'eau. Lorsqu'elle vient sur terre, il est donc facile de croire que les tortues luths pleurent ! À ce jour, on ne possède aucune estimation fiable de la population de tortues luths dans les eaux canadiennes. Un des moyens d'aider ces tortues est de suivre leurs déplacements en les munissant d'émetteurs satellites. Ces émetteurs signalent les apparitions des tortues à la surface et permettent ainsi de mieux connaître les dangers encourus lors des migrations. Les émetteurs sont apposés sur la carapace des tortues grâce à un «sac à dos» spécial qui peut rester en place plusieurs mois sans nuire à l'animal.

Pour de plus amples informations sur la tortue luth, consultez le site internet suivant : www.seaturtle.ca.
 
 
Retour au haut du document...
 

© Réseau d'observation de mammifères marins, 2017 Section administrative Mise à jour : 30 juin 2015

43, rue Alexandre, suite 100, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 2W2
Tél: (418) 867-8882  Téléc: (418) 867-8732  Courriel: info@romm.ca