Fermer cette fenÍtre...

Identifiant :

Mot de passe :

Soumettre

Réseau d'observation de mammifères marins
 
 
 

Les mollusques

De façon générale, le phylum des mollusques est un des plus grand en termes de diversité du monde animal avec celui des arthropodes. En effet, dans le règne animal, c'est cet embranchement qui contient le plus d'espèces, soit près de 70 000 espèces vivantes et près de 40 000 espèces fossiles.  Ces animaux peuvent aussi bien vivre en eau douce, en eau salée que sur la terre ferme, bien que la plupart des espèces sont marines. Le nom mollusque vient du latin molluscus qui signifie corps mou. Leur corps est généralement protégé par une coquille formée de carbonate de calcium (CaCO3).  Cette coquille est sécrétée à partir du manteau, structure présente immédiatement sous la coquille. Leurs corps est bilatéral et symétrique. La plupart des mollusques possèdent un pied très musculeux, permettant à certaines espèces de se déplacer et à d'autres de s'enfouir dans des sédiments mous. Les modes de reproduction sont très variés chez les mollusques: certaines classes ont des sexes séparés (fécondation interne ou externe) alors que d'autres sont harmaphrodites (fédondation interne). Les mollusques une ressource économique très importante pour l'Homme. Il y a sept classes de mollusques, dont les trois suivantes.
 

 
Les bivalves
Comme leur nom le suggère, les bivalves possèdent deux valves (coquilles) bombées et le plus souvent symétriques pouvant s'ajuster exactement l'une à l'autre.  À l'intérieur de ces coquilles se trouve le corps, qui est mou et compressé latéralement.  Leur tête est très peu développée, comparativement aux autres mollusques.  Les branchies, quant à elles, prennent beaucoup de place au sein de la coquille.  En effet, elles doivent non seulement assumer le rôle d'échanges gazeux, mais doivent aussi servir à la collecte de nourriture, par mode de filtration.  Pour filtrer les microorganismes dont ils se nourrissent, les bivalves possèdent deux siphons.  Ils aspirent l'eau grâce à un siphon inhalant et, après la filtration, la rejette à l'aide d'un siphon exhalant.
 
Parmi les bivalves, nous retrouvons les moules, les pétoncles, les couteaux, les myes (photo de droite = mye commune)  et les palourdes. Deux espèces de bivalves qui sont particulièrement connues sont la moule bleue et la mye commune.
 
Les gastéropodes
Un gastéropode typique est un animal à corps mou protégé par une coquille en forme de spirale, mais les exceptions sont nombreuses (les nudibranches ou limaces de mer n'ont pas de coquille). En effet, il existe des gastéropodes n'ayant pas cette forme tels que les patelles. Les gastéropodes possèdent un pied relativement gros et bien visible leur permettant de se déplacer sur tous les types de substrats. Comparativement aux bivalves, la tête des gastéropodes occupe une place importante. Ils sont soit herbivores, carnivores ou suspensivores et de très rares exceptions de gastéropodes sont filtreurs. Pour s'alimenter, la majorité d'entre eux possèdent une radula placée dans leur bouche. Cette structure fait office de mâchoire et porte ordinairement de minuscules dents. Cela leur permet de râper le substrat pour en recueillir la nourriture.
 
Parmi les gastéropodes du Saint-Laurent, nous retrouvons la patelle, les littorines, le buccin commun (ou bourgot) (voir photo du haut à gauche) et des nudibranches.
 
Les céphalopodes (calmars)
La classe des céphalopodes comprend les seiches, les calmars, les pieuvres et les nautiles. La grande majorité des céphalopodes se sont adaptés à la nage tels que les calmars (photo ci contre, à gauche = calmar), mais d'autres se sont adaptés à la vie benthique, comme les pieuvres. Parmi le groupe des mollusques, ce sont certainement les céphalopodes qui sont les plus gros, les plus organisés et les plus actifs. Comme leur nom le sous-entend (céphalo = tête, pode = pied), les pieds, appelés tentacules ou bras, s'accrochent directement au niveau de la tête. Ils sont larges et préhensibles et sont placés en cercle autour de la bouche. Dans le Saint-Laurent maritime, quatre espèces de céphalopodes sont communs (une pieuvre, deux séphioles et un calmar).
 
 
Retour au haut du document...
 

© Réseau d'observation de mammifères marins, 2017 Section administrative Mise à jour : 30 juin 2015

43, rue Alexandre, suite 100, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 2W2
Tél: (418) 867-8882  Téléc: (418) 867-8732  Courriel: info@romm.ca