Fermer cette fenÍtre...

Identifiant :

Mot de passe :

Soumettre

Réseau d'observation de mammifères marins
 
 
 

Les poissons marins

Il existe au Québec environ 175 espèces de poissons indigènes et plus d'une centaine de ceux-ci fréquentent les eaux douces à au moins un stade de leur vie. Une grande partie de celles-ci sont présentes dans le Saint-Laurent et ses tributaires, mais leur distribution varie en fonction de leurs caractéristiques biologiques. Les poissons attirant l'attention sont le plus souvent ceux qui sont visés par la pêche sportive ou la pêche commerciale. Depuis les années 1980, on observe une diminution importante de l'abondance de plusieurs espèces de poissons d'intérêts commerciaux et sportifs. Plusieurs facteurs peuvent expliquer la diminution des taux de capture des espèces commerciales, tels que la surexploitation, les modifications de l'hydrologie du fleuve et de certains tributaires et les modifications de la qualité de l'habitat du poisson. À cela peut s'ajouter des facteurs tels que l'augmentation de l'abondance de certains prédateurs et les changements climatiques. La surexploitation s'explique en partie par l'amélioration des techniques de pêche, car l'utilisation de chalutiers plus performants et une technologie raffinée ont permis d'intensifier l'effort de pêche.
 
Nous vous présentons ci-bas quelques espèces de poissons marins qui fréquentent le Saint-Laurent. Pour en apprendre davantage sur celles-ci ou encore pour découvrir d'autres espèces, nous vous invitons à visiter le site Internet de l'Observatoire du Saint-Laurent de Pêches et Océans Canada.
 

 
L'ANGUILLE D'AMÉRIQUE (Anguilla rostrata)
L'anguille d'Amérique est pêchée commercialement au Québec, surtout pour l'exportation. Le cycle de vie de ce poisson est particulier. Une fois la maturité sexuelle atteinte en eau douce, l'anguille adulte se déplace vers la mer, pour aller se reproduire en eau salée. On dit donc que c'est une espèce catadrome. Elle se reproduit à un seul endroit, la mer des Sargasses.De façon générale, les anguilles adultes ont un corps serpentiforme allongé avec une nageoire dorsale qui commence à l'arrière de la tête pour se terminer à l'anus. Des mortalités massives d'anguilles se produisent chaque année dans les barrages hydroélectriques et il s'agit d'un poisson très contaminé (BPC et Mirex).
 
LE CAPELAN (Mallotus villosus)
Le capelan est un poisson d'eau salée. La période de frai se déroule entre mai et juin et se continue jusqu'en juillet. Il ira déposer ses oeufs sur le sable des berges du Saint-Laurent où ils seront enfouis par les vagues. On dit que le capelan roule. Ce petit poisson d'une vingtaine de centimères se reconnaît par sa couleur olive et ses flancs argentés. Le capelan est une espèce dite fourragère, car il entre dans l'alimentation de nombreuses espèces dont plusieurs mammifères marins.
 
L'ÉPERLAN ARC-EN-CIEL (Osmerus mordax)
L'éperlan arc-en-ciel est considéré comme une espèce anadrome, c'est-à-dire qui migre du milieu marin en eau douce afin de se reproduire. Au Québec, il est pêché de façon commerciale et sportive, surtout dans le fleuve Saint-Laurent. La coloration de ce poisson est argentée, vert pâle sur le dos avec des reflets irisés sur les flancs. La destruction d'importantes frayères et la détérioration de la qualité de l'eau ont contribué à sa diminution.
 
LE HARENG ATLANTIQUE (Clupea harengus harengus)
Le hareng atlantique est pêché commercialement depuis des centaines d'années sur la côte est du Canada. Sa coloration est glauque sur le dessus et argentée en dessous. Il est dépourvu de ligne latérale. Il est présent entre autres dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. La hareng est une espèce marine, donc tout son cycle vital se déroule en mer. Il existe deux périodes de ponte dans le golfe dont une au printemps et l'autre à l'automne. C'est une espèce fourragère qui entre dans l'alimentation de certains mammifères marins.
 
LA MORUE DE L'ATLANTIQUE (Gadus morhua)
Au Canada, la morue de l'Atlantique alimente de grands débats. Ce poisson de très grande importance économique a été victime de surpêche pendant plusieurs années. C'est l'un des facteurs qui fait qu'elle est actuellement en situation précaire. Il s'agit d'un poisson marin qui occupe les eaux froides des zones côtières et hauturières dans tout l'Atlantique Nord-Ouest et Nord-Est. Il est possible de distinguer la morue de l'Atlantique des autres poissons par la présence de ses trois nageoires dorsales, ses deux nageoires anales ainsi que son barbillon sous la mâchoire inférieure.
 
LE SAUMON ATLANTIQUE (Salmo salar)
Le saumon atlantique a une réputation mondiale, tant pour sa combativité que pour sa chair délicieuse. De façon générale, il est un poisson anadrome. Les juvéniles restent en eau douce où ils sont nés environ deux à trois ans puis demeureront en mer pour une période équivalente avant de revenir à leur rivière pour s'y reproduire à leur tour. Cette espèce a la tête, le dos et la nageoire dorsale marqués de gros points noirs. Au niveau de sa distribution, il se retrouve dans tout le Saint-Laurent et tout le long des provinces maritimes.
 
LE POULAMON ATLANTIQUE (Microgadus tomcod)
Le poulamon atlantique est le plus petit représentant de la famille des gadidés (qui comprend la morue) que l'on retrouve dans nos régions. Il possède trois nageoires dorsales, porte un barbillon sur la pointe du menton et est de couleur brune ou olive avec des teintes de jaune ou de vert au-dessus de la ligne latérale. C'est un poisson anadrome. Il se retrouve un peu partout dans le Saint-Laurent. Il est très recherché pour sa chair blanche et savoureuse.
 
 
Retour au haut du document...
 

© Réseau d'observation de mammifères marins, 2017 Section administrative Mise à jour : 30 juin 2015

43, rue Alexandre, suite 100, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 2W2
Tél: (418) 867-8882  Téléc: (418) 867-8732  Courriel: info@romm.ca